Comment traiter les ponts thermiques ?

Un pont thermique est, par définition, un point ou l’isolation thermique d’un bâtiment est rompu. Généralement, des fuites de chaleurs apparaissent à cet endroit, l’isolation n’est donc plus continue à ce niveau. Pour l’optimisation du confort à l’intérieur du bâti, le traitement de ce pont thermique est donc indispensable.

Renforcer les isolations avec du mortier

Après cette étape, voici quelques solutions qui pourraient rectifier cette fuite de chaleur.

L’utilisation de planelles ou de rupteurs thermiques peut se faire pour les planchers. On peut également couler une chape de mortier sur l’isolant.

Pour les planchers hauts, il serait préférable de faire une isolation d’intérieure.  Pour les isolations par l’extérieur, c’est parmi les plus efficaces bien que cela revient souvent assez cher.
En général donc, le fait d’enrober l’isolant peut résoudre le problème.

Identifier les points de déperdition de chaleur

Bien que ce ne soit pas toujours évident, la prévention est le meilleur moyen d’éviter un pont thermique. Cependant, quand cette modalité est impossible, on doit recourir au traitement.

Dans ce sens, avant de passer au traitement des ponts thermiques, il faut d’abord identifier son origine c’est  à dire cibler exactement à quel endroit du bâti il y a une déperdition de chaleur. Pour cela, connaitre la liaison entre les parois et les raccords semble être très importants. On recherche donc la différence de température entre l’intérieur et l’extérieur.

Un autre outil  peut aussi être utilisé pour son identification, c’est la caméra thermique. Il faut une certaine qualification pour savoir l’utiliser afin que les interprétations ne soient pas faussées.

Pont thermique

« Tout » vérifier

A noter que le pont thermique peut se produire à plusieurs endroits. Vérifier les fenêtres et les portes, les espaces entre la toiture et les murs, ainsi que les planchers. En bref, il faudrait vérifier tous les jonctions entre deux matériaux différents comme le bois et le béton, les charpentes.
On ne le dit pas assez souvent mais la réglementation thermique connait des exigences. En effet, la valeur maximale d’infiltration d’air doit être obligatoirement testée. Il faut donc bien se concentrer sur les finitions. L’appel aux expertises de professionnels serait donc meilleur.